Google

Guadeloupe/Musique/Diasporama: Marylène Desbonnes vit pleinement son rêve et sa passion.

Written on:juillet 17, 2015
Comments
Add One
Marylène Desbonnes

Marylène Desbonnes

N.D.L.R.- Reportage du journaliste Peterson HERCULE,  Correspondant Permanent de CANAL+HAITI, en France, aux Antilles Françaises (Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin) et en Guyane Française.

Les femmes sont nombreuses à chercher une voie, un créneau en quête d’une aventure ou une situation stable, mais rares sont celles qui y accèdent.

La beauté est parfois un vecteur de chance pour atteindre un but, mais à quel prix ?

Marylène DESBONNES de son nom d’artiste Maryl’N nous dévoile les secrets de son parcours lors d’un reportage en ligne depuis Paris.

Elle est jeune, ravissante ses yeux pétillent encore de bonheur, laissant croire que la vie l’a toujours protégée contre les coups bas. Beaucoup n’ont pas eu cette chance.

Née à Sainte-Rose en Guadeloupe un mois de Septembre, elle est du signe astrologique de la  vierge et souhaite le rester toute sa vie : Dit-elle  «  Eclat de rire »…

Issue d’une fratrie de 5 enfants dont 3 filles dont elle est l’avant dernière et 2 garçons.

Une passion vit au cœur de Maryl’N dès son jeune âge pour la musique ;  elle participait dans presque toutes les fêtes de quartiers qu’organisait la municipalité ; elle raflait toujours la première place et intégra la chorale de Duzer (Une section de la commune) ; sa voix fut remarquablement appréciée par les responsables de l’époque. Elle entonnait  les chansons en cœur avec des larmes aux yeux, car elle se laissait transporter par ce courant musical et d’émotion.

Un rituel au quotidien pour la jeune adolescente ; qui  se rendrait tous les jours après la cantine à la « Radio Sofaia Altitude » (RSA, une radio communautaire de la zone), pour bercer les auditeurs avec sa mélodieuse voix.

Comme beaucoup de jeunes filles de l’époque, Maryl’N chantaient les tubes de Michael JACKSON le Roi de la pop Américaine décédé en juin 2009 et les chansons phares du chanteur de charme Julio IGLESIAS un éternel Amoureux. On comprend mieux d’où venait la profondeur, l’insistance de travailler sa voix  et d’œuvrer dans la chanson.  Mon rêve s’agrandit dit-elle.

Début d’une carrière innovante.

Période décisive pour la jeune artiste Sainte-Rosienne : Elle restera de juin 1982 jusqu’en août 1984  au sein du « groupe de danse des lauriers de Desbonnes ». Ses talents et ses interprétations ont surpris tout le monde et vite fait l’unanimité.

Sa mère soucieuse de promouvoir un avenir plus prometteur pour sa fille benjamine décida de la faire partir en France pour des études afin d’avoir une base scolaire plus équilibrée et solide.

 A Paris De 1988 à 1991 Maryl’N côtoie le milieu du Show biz : PHIL Contrôle,  Jean-Claude François du groupe Dictam, l’âge mur apporte plus d’encrage et de détermination pour réussir.

La jeune Femme doit désormais prendre son destin en main, pallie les études et la musique. Ses chansons, elle les compose seule, mais reste ouverte à des propositions de textes.

 Après des années dans le froid l’artiste décide de retourner se ressourcer auprès des siens en Guadeloupe, son escapade a été de courte durée mais beaucoup d’initiative à son actif.

Un concours de circonstances qui marquera Maryl’N pendant son parcours : sur le plateau de télévision de RFO dans le cadre de l’émission « Rendez-vous » animé par ETIENNE Angel, elle fait la connaissance de Tania SAINT-VAL  une chanteuse pour qui elle a une très grande admiration. D’autres cordes à son arc : Elle fut animatrice d’antenne à Radio Méga Fm aux Abymes et une dernière étape au Centre des Arts et de la culture de Pointe-à-Pitre  avant de s’envoler pour Paris de nouveau.

Maryl’N se rappelle encore la jeune fille timide d’hier  qu’elle était et  devenue une véritable « bête de scène » aujourd’hui ou plus rien ne semble l’arrêter…

Sa collaboration en 1999  avec le groupe musical « Fashion Love » avec qui elle à eut un franc et fructueux succès. D’autres groupes comme « TAYA » furent honorés  par le passage de la charmante Sainte-Rosienne entre de 2010 et 2011 au sein de cette formation.

Peterson HERCULE Correspondant Permanent CANAL+HAITI: France, Antilles Françaises, Guyane Francaises Journaliste Reporter d’Images – JRI Guadeloupe, Mai 2015 presscaraibes@gmail.com canalplushaiti@yahoo.fr

Peterson HERCULE
Correspondant Permanent CANAL+HAITI: France, Antilles Françaises, Guyane Française
Journaliste Reporter d’Images – JRI
Guadeloupe, Mai 2015
presscaraibes@gmail.com canalplushaiti@yahoo.fr

Elle revoit les images de son passé et souhaite faire plus, la chanteuse veut pratiquer une autre activité et s’inscrit à un concours de la fonction publique ; elle avoue qu’elle  fait l’équilibre entre le statut de fonctionnaire de l’Etat actuellement,  la vie de famille et la musique qui est une  passion sans mesure, parfois une thérapie. Dit-elle.

L’été 2014, une rencontre avec Jacques ABON  qu’elle considère comme un guide spirituel  va être un tournant considérable dans sa nouvelle vie d’artiste où ce seront des grandes tournées, le contact avec des grands du domaine musical dans les grandes villes de France  « Je vis pleinement ma passion ». Dit-elle.

L’une des chansons que Maryl’N affectionne particulièrement c’est l’interprétation de « Sodade » de Césaria EVORA, la voix du Cap-Vert décédée, un projet est en cours de réalisation pour la version troubadour de « Sodade ».

Encore plus de projets.

Son rêve le plus cher est de se produire dans un de ces lieux : Bercy, le Zénith ou le Casino ; participer à une grande opération humanitaire ou action caritative.

 Dans l’attente d’une grande tournée aux Antilles pendant l’été 2015 aux côtés d’artistes très connus ;  elle lance un vibrant message aux mélomanes. Suivre sa page Facebook et son compte twitter pour être au parfum de l’information.

 

Crédit : Peterson HERCULE/CANAL+HAITI

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey