Google

Haïti/Canada: Roses sans épines, histoire d’une endosymbiose !

Written on:avril 1, 2013
Comments
Add One

Cela fait trois ans qu’un séisme a secoué le pays d’Haïti. Cependant, des problèmes continuent à tourmenter le pays. Le gouvernement ne semble pas avoir une emprise sur la situation.

L’objet de beaucoup de mécontentement dans le pays tourne autour des organisations non gouvernementales. Plusieurs des projets des ONG ne sont pas approuvés ou révisés par le gouvernement haïtien. Ceci est alarmant puisque la majorité des fonds déversés pour la cause sont donnés aux ONG. Cette situation chaotique, hors du contrôle des Haïtiens, semble être un cas répétitif à l’intérieur du pays.

Il y a presque une décennie de cela, le président Jean-Bertrand Aristide tenta de voler une deuxième élection afin de prolonger son mandat. Il n’a jamais été jugé pour ses crimes. En effet, après un coup d’état, Aristide a été expulsé du pays à bord d’un avion américain. D’où le début d’une relation endosymbiose entre les États-Unis et Haïti. Une relation qui n’aurait pas pu avoir lieu lors des années de François Duvalier, moment de stabilité politique en Haïti.

Après l’exil d’Aristide, les États-Unis ont insisté pour le support des troupes internationales de l’ONU dans le pays. Lors du séisme, ils ont été les premiers sur la scène, encore ils insistaient pour coordonner l’aide internationale.

La réalité est que les Américains sont bien impliqués économiquement dans le pays. Par exemple, ils possèdent déjà Labadie, une zone touristique privée d’où ils engrangent des profits.

Finalement, tant que le gouvernement haïtien n’aura pas élevé la voix, il continuera à se laisser mener par autrui.

Credit: Murielle Simplice, École Secondaire Publique Omer-Deslauriers

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey