Google

Haiti/Diaspora: L’étonnant voyage de Fabidoune : 3- Nouméa, la famille et … destination Ponérihouen

Written on:juin 7, 2012
Comments
Add One

…Attendant Gaby, vêtue que de la serviette et toujours debout au milieu du lit dans ma chambre d’hôtel, je commence à crever de faim !!!! Enfin il arrive avec les produits de toilette et 2 ou 3 culottes neuves genre « petit bateau » de différents sizes (vu que l’habillement jusqu’à ce jour n’a jamais été son fort), pas de « soutif »… bon de toute façon à 22-23 ans on peut s’en passer !!! LOL !!! LOL !!!!

Évidemment lui aussi se fout de moi pour l’histoire du cafard, surtout que je refuse de descendre du lit s’il ne fait pas avant une inspection complète de la chambre et de la salle de bain … Rassurée, je remets mon linge et Gaby me dit qu’on va aller voir des membres de sa famille qui habitent Nouméa. Je lui dis que j’ai trop faim, mais il me dit qu’on va manger chez sa famille … Effectivement il a un sac avec des provisions.

Alors là, j’ai cru halluciner !!!! Une maison style « colonial », toute de guingois, qui a l’air de tomber en ruine, dans une petite rue, et dans une petite cour, un arbre énorme, qui s’appelle (je l’ai su bien après) un « jacquier », avec des gros fruits verts avec une odeur d’ananas … un peu trop mûr !!

Je découvre une vieille maison en bois où je crois passer à travers le plancher, et je rencontre son oncle tonton F. et sa tante, appelée tantine Y., un couple très gentil, simple, dans une sorte de salle à manger où trône une grande table avec une toile cirée, tout le monde parle, parle et tantine Y. m’appelle déjà « ma nièce », ce qui me hérisse !!!! Et le comble c’est Gaby qui me présente en leur disant : « C’est ma vieille !!!! » D’abord je n’ai rien compris, puis tantine Y. m’explique que c’est un terme pour désigner sa femme !!!!

Alors là, devant tout le monde, je mets les points sur les « i » et je lui dis : « C’est la 1ère et dernière fois que tu m’appelles comme ça, je ne suis ni ta femme, ni ta fiancée, ni la nièce de personne ! ». Que tous ces « salamalecs » essaient de me « coller » avec… Gaby commence vraiment à me taper sur les nerfs …

…Mais mon calvaire n’était pas terminé car ce Gaby « avec ses gros …sabots et son manque de tact évident », faut dire que c’est un vrai « broussard » (un peu lourd et rustre pour moi qui venait de New-York). Puis ils me disent (terme typiquement calédonien) : « On va boire un coup d’thé » J’ai jamais bu de thé, je détestais. Pour moi c’est comme si je buvais de l’eau chaude … Et en plus, je m’attendais à être servi dans une jolie petite tasse … Eh bien, non ! On nous sert le thé dans un gros bol, avec des grosses tranches de pain coupées comme les paysans français le font, avec du beurre ou des crackers venant d’Australie appelé « SAO » : on les écrase dans les mains en plus ou moins petits morceaux et on met les crackers dans le thé et on bouffe tout ça !!!! J’ai demandé un café à la place, j’en ai eu un tellement fort, comparé au café américain que j’ai dû le «rallonger» à l’eau et toujours dans un énorme bol. (Pour info, avec le temps j’ai fini par m’habituer au coup d’thé et au « SAO », mais je n’ai jamais aimé les yaourts.)

Puis alors que je demandais «a piece of bread with some jelly and peanut butter», Gaby décidément très diplomate, me dépose un pot de yaourt nature (aliment que je n’avais également jamais goûté) et me dit d’un air « conquérant » ???? : « Tiens mange ça, parce que tu es trop grosse !!!! » Non, je ne vous mens pas, il l’a vraiment dit !!!! La pauvre tantine Y. ne savait plus où se mettre !!!! Encore aujourd’hui, je ne m’arrête pas pour rigoler de cet épisode, car j’étais estomaquée, en colère et je lui ai bien fait comprendre que le billet de retour allait vite servir !!!

Cet après-midi a été un enfer jusqu’à notre départ pour « la brousse ». Un rapide tour de la ville de Nouméa,…

 

…la place des cocotiers, la cathédrale, les plages, d’autres maisons coloniales, mais des merveilles d’architectures cette fois-ci, des ruines du temps du bagne, et Gaby m’a montré des belles filles de types polynésiennes avec des longs cheveux noirs, des tahitiennes et des wallisiennes…..

Puis on a pris la route du nord pour aller sur la côte-est où se trouvait son village : Ponérihouen.

Le trajet a été long, très très long, mais j’ai trouvé les paysages et le pays magnifique !!!!

La côte Ouest du sud vers le nord, c’était des massifs miniers de nickel avec ses montagnes rouges puis les immenses « ranchs » verdoyants avec le bétail. Ensuite on est arrivé au village de Bourail, avant d’attaquer « le col des Roussettes », pour traverser une chaîne de montagnes pour tomber sur la côte-Est. Donc à BOURAIL, on fait une pause pour grignoter, Gaby me demande ce que je veux …. « Du lait », lui dis-je comme toute bonne « américaine »!!!

Il me dit qu’il n’y a que du lait en poudre ou du lait concentré sucré « N. », marque bien aimée des calédoniens !!!! Je lui explique que je veux du lait « normal liquide en bouteille ». Il finit par me rapporter du lait de la marque australienne bien connue des calédoniens (P….) dans un emballage cartonné. C’est ok, c’est liquide, mais pas glacé, mais vu la gueule du magasin, faut pas se plaindre … J’ouvre, je bois goulûment une grosse gorgée … !!!!! Et là, BEURK, BEURK !!!! Il n’était pas bon, le lait avait tourné !!!! Je suis maudite !!!! Je me rabas sur de l’eau en bouteille et 1 paquet de cookies !!! J’ai toujours pas envie d’en rire !!!!!

Et nous voilà reparti pour la traversée du col, sur une route non goudronnée, sinueuse, à gauche, à droite, montée, descente, à peine la place pour 2 voitures pour se croiser, une forêt luxuriante, des petits cours d’eaux descendant des parois pour finir dans des « trous d’eau », des cris d’oiseaux bizarres tel que les aboiements des « Cagous » (typiquement calédonien, un oiseau qui ne vole pas !) et la nuit qui tombait … C’était beau, sauvage et très inquiétant … pour moi !!! LOL !!! N’oubliez pas qu’on était en 1973 !!!!

A un moment du trajet, Gaby arrête la voiture sur un bas-côté pour aller faire p…… Moi qui n’était déjà pas rassurée, il me dit d’un air inquiet : « Ferme bien toutes les portières de la voiture car dans la forêt il y a des lions, des tigres… On ne sait jamais… Et aussi des serpents!!! ».

QUELLE HORREUR !!!!! …Le cœur …battant la chamade…Je me recroqueville sur mon siège, je ferme les yeux et j’attends toute tremblotante ! Et le Gaby qui prenait tout son temps … Enfin il revient, je suis soulagée, mais j’avais tellement peur que je n’ai même pas pensé à lui demander pourquoi, lui, il n’avait pas peur !!!! EVIDEMMENT QU’IL N’AVAIT PAS PEUR, PUISQU’IL SE FOUTAIT DE MA GUEULE !!!!! En réalité …Gaby avait dit tout ca pour rigoler…Il n’a jamais eu ces genres d’animaux sauvages en Nouvelle-Calédonie…ET LE PIRE C’EST QUE J’AI CRU A CETTE HISTOIRE PENDANT PLUS DE 3 MOIS !!!! LOL !!! LOL !!!! Là je rigole, oui je rigole de moi ….. Pauvre petite New-Yorkaise arrivant dans une petite île du Pacifique « inconnu au bataillon… » !!!!!!

 

 

A bientôt pour la suite, …FABIDOUNE

 

Credit: Fabidoune/CANAL+HAITI

Tous droits réservés@CANAL+HAITI, Juin 2012

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey