Google

Haiti/Elections: Lettre ouverte au Président du CEP, M. Léopold Berlanger Fils.

Written on:octobre 3, 2016
Comments
Add One

Arbuste Victor

Jérémie, Grand’Anse

Tél. : (509) 3670-3995

E-mail : arbustevictor@hotmail.com

 

Monsieur Léopold BERLANGER FILS

Président du Conseil Electoral Provisoire

En ses bureaux.-

 

Jérémie, le 28 septembre 2016

 

Objet : Lettre ouverte au Président du CEP

 

Monsieur le Président,

Arbuste Victor

Arbuste Victor

Je vous présente mes compliments pour votre engagement à réaliser des élections démocratiques, libres, crédibles et transparentes au bénéfice de la population haïtienne. J’en profite pour vous adresser cette correspondance relative à mon licenciement que je qualifie d’injuste au sein du BED de la Grand’Anse. 

Ayant été profondément affecté par cet abus d’autorité, j’aimerais que vous interveniez dans ce dossier en vue de trancher sur mon cas en votre qualité de président et de votre rectitude morale.

Permettez-moi, Monsieur le Président du CEP, de vous exposer les difficultés auxquelles j’avais dû faire face pour mon réintégration à mon poste de Secrétaire-Trésorier depuis mon retour au boulot après mon congé de maladie.

Le président du BED de la Grand’Anse, en l’occurrence M. Almaye Dorestant, a utilisé des manœuvres de tous genres pour m’écarter de ma fonction au sein de ladite institution.

Il m’a rejeté d’un revers de main quand je lui ai demandé des explications relatives à  la gestion du BED au cours de mon absence alors qu’il était censé de me donner sa collaboration. Il m’a intimidé d’un ton impérieux pour m’asservir ou me réduire au silence lors d’une conversation téléphonique en date du 3 septembre 2016. Pourtant, c’était sur demande de mon chef (supérieur) hiérarchique que je lui avais adressé.

En tant que Secrétaire-Trésorier du BED de la Grand’Anse, j’avais pour responsabilité de gérer les fonds. Cependant,  M. Dorestant n’avait pas voulu me remettre les fonds de roulement pour le mois d’août 2016. Il a assuré la gestion de ces fonds. C’est ce qu’il faisait aussi de tous les autres fonds octroyés audit bureau destinés aux activités de formations pour les superviseurs et opérateurs électoraux (le personnel vacataire) en prélude aux prochaines élections. Tout cela, pour vous dire, Monsieur le Président du CEP, que M. Dorestant utilise comme bon lui semble les fonds du BED de la Grand’Anse, sans me consulter.

Nous savons combien il est difficile de trouver régulièrement des fonds de roulement au niveau du CEP pour gérer le BED et les BECs. Cet usage d’avarice sordide affiché par le président du BED peut mettre le bureau dans une situation difficile d’honorer ses dettes.

Par ailleurs, suite à la fin de deux séances de travail aux environs de 11 heures du soir, les 19 et 31 août 2016, M. Dorestant nous a refusé l’utilisation du véhicule du BED qui est en sa possession alors que nous n’avions pas d’autre moyen pour entrer chez nous. Nous étions les deux (2) autres membres du bureau à être ainsi humiliés de cette façon.

En nous imposant son leadership vertical et autoritaire, M. Dorestant a fait fi du grand rôle que tous les membres du BED de la Grand’Anse ont à jouer en vue d’aboutir, le 9 octobre prochain,  à de très bonnes élections au niveau du département de la Grand’Anse.

Monsieur le Président du CEP, pour l’histoire et pour la vérité, je vous informe que j’ai vécu un véritable calvaire au cours de ma collaboration avec le président du BED. Je suis victime de cette machination que je proteste de temps à autres au sein du bureau où j’ai reçu enfin une lettre de licenciement qui m’a mis à la porte injustement, laquelle correspondance a été dument signée par le président du CEP.

Je n’ai pas accusé réception de cette lettre pour vice de forme parce que mon soi-disant remplaçant avait déjà été installé avant que je reçoive ma lettre de révocation qui, de plus, a été antidatée.   

Monsieur le Président du CEP, je voudrais souligner aussi à votre attention que le chef de cabinet du Directeur Exécutif du CEP, M. Alix Daurel, qui était venu en mission dans la Grand’Anse, avait tenté d’extorquer ma signature par la menace et la ruse en vue de pouvoir me destituer à mon poste.

J’ai bravé et je me sens choqué par cette décision du CEP que je trouve arbitraire et illégale. Je crois qu’il y a eu un manquement aux règles, notamment aux normes de recrutement des membres du Bureau Electoral Départemental (BED) du décret électoral 2015 qui, selon l’article 9 et suivants, définit clairement les procédures à suivre pour être membre de BED et de BEC. Cela doit se faire par voie de concours.

Alors, mon devoir en tant que Journaliste et Juriste est de subodorer la vérité pour éviter que je ne sois pas attiré vers la corruption par des promesses séduisantes mais souvent trompeuses. Comme citoyen honnête, il m’est impossible de cautionner des dérives administratives.

Monsieur le Président du CEP, sans l’intention de vous déranger, il serait souhaitable que vous diligentiez une mission spéciale dans le département de la Grand’Anse pour enquêter sur les exactions commises par ces madrés et ladres hommes lorsqu’il s’agit d’opérations électorales et financières en vue d’éviter toute sorte de contrefaçon des résultats des prochaines joutes électorales au niveau du département.

Dans l’attente de votre avis, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l’expression de mes patriotiques et respectueuses salutations.

 

 

Arbuste Victor

Secrétaire-Trésorier

BED/Grand’Anse

1 2 3

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey