Google

Haïti/Rép. Dom.: 7000 Haïtiens rapatriés à la frontière au cours des 9 premiers mois de l’année 2012

Written on:novembre 9, 2012
Comments
Add One

Plus de 7000 Haïtiens et Haïtiennes rapatriés à la frontière au cours des neuf premiers mois de l’année 2012

Les autorités dominicaines ont reconduit 7613 ressortissants-es haïtiens dont près de 4000 à la frontière de Belladère dans le Plateau Central, de janvier à septembre 2012.

A la frontière du Nord-Est (Ouanaminthe/Dajabon), le nombre de rapatriés-es s’élève à 3623 personnes selon les chiffres communiqués par l’organisme Solidarite Fwontalye basé à Ouanaminthe. 

Au portail frontalier d’Anse- à-Pitres (Sud-Est),  47 rapatriés-es ont été recensés par le GARR. Parmi les personnes reconduites sur ces points frontaliers : Belladère, Ouanaminthe et Anse-à-Pitres, figurent 1331 femmes et 373 enfants.

Les rapatriés-es retrouvés à la frontière de Ouanaminthe sont originaires pour la plupart du département du Centre d’Haïti, du Sud-Est, de l’Ouest, du Nord-Est et de l’Artibonite. Ils résidaient dans différentes villes dominicaines, notamment à Monte Christi, Santiago, Guayubin, San Pedro de Marcoris, Santiago de la Cruz, Boca Chica et La Vega.

Ceux et celles qui ont été reconduits à la frontière de Belladère et d’Anse-à-Pitres viennent  en majorité du Centre, du Sud-Est, du Nord-Est et du Nord d’Haïti. Ces ressortissants-es haïtiens vivaient à Las Matas, Las Mercedes, Santiago, San Pedro de Macoris et San Juan de la Maguana.

Des rapatriés-es accueillis par le GARR à la frontière de Belladère comme à Anse-à-Pitres ont dénoncé les conditions de leur reconduite vers Haïti. Ces personnes  déclarent avoir été arrêtées avec violence et emprisonnées avant d’être expulsées, sans autre forme de procès, à la frontière.

«Je suis artiste peintre et sculpteur. Je vivais avec ma femme et mes deux enfants depuis 15 ans, à San Pedro de Macoris, en République Dominicaine. C’était décevant la manière dont ma femme et moi avons été rapatriés.», s’est plaint Thomas, abandonné en juin 2012 avec sa famille à la frontière de Belladère par des agents de la migration dominicaine, après 6 heures du soir.

Ces personnes qui disent avoir été humiliées au moment des rapatriements, ont fustigé le comportement des autorités haïtiennes qui, ont-elle indiqué, n’ont pas créé suffisamment d’emplois pouvant les encourager à rester en Haïti. « Les promesses de création d’emplois ne sont pas souvent tenues par les gouvernements haïtiens  et voilà pourquoi j’avais quitté le pays en quête de mieux- être à Dajabon.», a signalé Lenès, d’un air frustré.

Pour sa part, Mona qui a été expulsée à Anse-à-Pitres avec un enfant de 9 mois sur les bras, exhorte le gouvernement à travailler au profit de la population pour que les migrants-es haïtiens reprennent confiance en leur pays natal. « Tout le monde peut le constater que c’est la mauvaise gestion de nos dirigeants haïtiens qui fait que les autorités dominicaines nous humilient.», a-t-elle martelé.

Soulignons que ces plus de 7000 personnes ont été pour la plupart reconduites à la frontière en dehors du respect du Protocole d’Accord sur les mécanismes de rapatriement paraphé par les gouvernements Préval-Fernandez, en décembre 1999.

 

Credit: Garr

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey