Google

Haïti/USA: 100e Année Occupation-Américaine 1ère Partie.- Rafrechi Memwa sou Lokipasyon Meriken 1915.

Written on:juillet 16, 2015
Comments
Add One

      const1Avec ce 1er papier, nous demarrons une serie de notes, en guise de « Rafrechi-Mewmwa » sur tout ce qui est reellement passé, lors du 1er Debarquement des Marines américains de 1915 en Haiti, époque ombrageuse, a tous les points de vue, pour les générations passées, présentes et futures de la 1ere République Noire Indépendante du Monde.

Tout d’abord, que s’est-il passé en Haïti, un mois de juin, sous l’Occupation américaine ?

Interrogeons l’Histoire.

 « Le 12 juin 1918,….Haïti se trouva doté d’une nouvelle Constitution.

 En comparaison avec les Constitutions antérieures, certains changements substantiels y furent introduits.  Comme nous l’avons déjà noté, une disposition jalousement respectée depuis Dessalines, dans les Constitutions haïtiennes, niait le droit de propriété immobilière aux étrangers.

 La Constitution de 1918 annule cette disposition en stipulant :  » Le droit de propriété immobilière est donné aux étrangers en fonction de leur nécessité de résidence, d’entreprises agricoles, commerciales, industrielles ou d’enseignement  » (article V).

 La nouvelle Constitution conservait plus ou moins les  mêmes dispositions en relation avec l’organisation des Chambres de députés et sénateurs, mais elle quittait à l’Assemblée Nationale, le privilège de la révision constitutionnelle qui devrait se faire par voie plébiscitaire.  L’ancienne Constitution prévoyait dans l’article 169, que les comptes financiers de la République devraient être examinés par la Chambre des députés ; l’article 117 de la nouvelle, élimine cette disposition, libérant le Conseiller Financier nord-américain de tout contrôle législatif.

 En même temps, elle ratifiait quelques clauses de la Convention de 1915 (art.118) ; le nombre de députés fut réduit de 72 a 36 et celui des sénateurs de 39 a 15 ; elle prévoyait aussi de nouvelles modalités pour les élections communales, législatives et présidentielles.

 Enfin, un article spécial déclarait que :  » tous les actes du gouvernement des Etats-Unis durant l’occupation militaire en Haïti seront ratifiés et rendus valides » » Aucun Haïtien ne pourra être sujet de persécution au niveau civil ou criminel pour les actes exécutés selon les ordres reçus durant l’occupation ou sous son autorité…Les actes du tribunal militaire durant l’occupation ne seront pas sujets à révision ».

 Avec raison, le président Harding aura à dire plus tard :  » C’est une Constitution, appelée plébiscitaire, que les baïonnettes nord-américaines ont plongé dans la gorge du peuple haitien ».»

 (Source : L’Occupation américaine d’Haïti, S. Castor, éd.1988)

A suivre

 

Credit: Lis Bell*

*Pseudonyme

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey