Google

Haïti/Usa/Media/Diasporama: Un « Mapou » est tombé, Bob Lemoine, l’Immortel !

Written on:mars 9, 2015
Comments
Add One
Bob V. Lemoine

Bob V. Lemoine

Bob Lemoine: « …Nous sommes maintenant dans l’air… » Premier son vocal en onde d’un speaker, en direct,  sur Radio Métropole…Cette déclaration solennelle fut faite le 8 mars 1970, jour de l’inauguration de Radio Métropole AM, à la Rue Pavée, (Centre-ville) Port-au-Prince, Haïti, par la Légende de la Radiodiffusion en Haïti. Drôle de coïncidence, la nature a voulu qu’il fasse le grand voyage, la date marquant le quarante-cinquième (45e) anniversaire de fondation de cette station de radio…Quel destin ! Cette  magnifique voix de stentor s’est tue a jamais, mais elle restera immortelle, dans le domaine de l’audiovisuel haitien…

 …UN MAPOU EST TOMBÉ !

 Le grand journaliste haïtien, le « Mapou » Bob Lemoine, est décédé, ce dimanche 8 mars 2015, dans un hôpital de Miami, Floride (USA) à l’âge de 72 ans.

 Transporté d’urgence à l’hôpital, Bob Lemoine a rendu l’âme, ce dimanche, tôt dans la matinée, des suites de complications de sa maladie, un foutu cancer du foie, selon l’un de ses proches.

 Le « Mousquetaire-Baobab » est tombé exactement le jour commemorant le 45e anniversaire de la création de Radio Métropole, station qu’il fonda en 1970, avec le deux (2) autres « Mousquetaires-Baobab » et non-moins célebres pionniers de la Radiodiffusion en Haiti, en l’occurrence, Herbert Widmaier et Roland Dupoux.

 BL fut un grand communicateur, aux multiples talents. Un polyvalent extraordinaire de media, quoi!  Né dans une famille baignant dans le film (cinéma) et la photographie, Bob est devenu très jeune, un grand photographe de talent.

 Co-directeur de Radio Métropole en 1970, il a reçu une bourse pour étudier le journalisme en France et en Allemagne. Speaker à la Radio de la « Société Radio-Canada », puis rédacteur au « Journal de Montréal », à « Montréal-Matin », il a complété sa formation à l’Université de Caroline du Nord, USA. Bob a publié un livre « La Chronique Du Temps Qui passe » (1994), et il a écrit et réalisé de nombreuses pièces bibliques à New York à la fin des années 90.

 Il fonda, à la fin des années ’80, « Clairimage » (en guise d’hommage à sa 1ère femme: Ketty Clair), une société de Production de spots publicitaires audiovisuels.

 Il a réalisé et produit en 1976 le premier long métrage Haïtien  35mm « Olivia », puis « La défaite du silence » (Echec au silence) et dernièrement « L’automne en mille morceaux ».

 bl1En plus d’être présentateur, journaliste à la radio et à la télévision, écrivain et réalisateur, Bob Lemoine a également produit de 1988 à 1990 les séries de television locale intitulée « Monsieur Pyram » avec Roland Dorfeuille &  « Gabel » en 57 épisodes. Il crea également « Tele-Eclair », à Port-au-Prince… et  en dernier lieu, il anima une émission matinale très prisée, en direct de New-York, « GabelPam », sur Signal FM, en compagnie de sa dernière femme Rollie.

 Nous (RÉSEAU CANAL+HAITI) adressons nos sincères condoléances à sa famille, amis, admirateurs (trices), fans éplorés, particulièrement ses filles Alessandra, Anne Daphné Lemoine​ et les deux autres légende vivante de Radio Métropole Herbert Widmaier et Roland Dupoux

Que l’Immortel BL repose en Paix !…

 

 

Crédit: Andy Limontas/CANAL+HAITI

2 Comments add one

  1. .
    Le talent
    ne se loue
    ne s’achète
    ni se vend. ..
    Il est comme le vent,
    et jamais ne s’arrète
    au cours du chemin…
    Il est comme un sentier
    tracé, le parchemin
    inné au cœur, la voix
    et la passion de l’âme
    qui acclament
    l’amour d’un métier,
    la détermination
    malgré les embûches
    où il laisse sa marque…
    Il montre la voie,
    il prêche par l’exemple,
    par la droiture
    et la rupture
    avec la tradition,
    il fait de son don
    le sacrifice du don
    et de son domaine.
    un phénomène
    une entité unique…
    Quand on le loue,
    il se démarque
    de la bétise
    de la politique
    de l’autruche
    et vise
    l’excellence…
    Il reste toujours égal
    à lui même, un régal,
    le bon goût, l’élégance
    un temple
    qui se partage
    à travers les âges…
    A Bob Lemoine…

  2. .
    Le talent
    ne se loue
    ne s’achète
    ni se vend. ..
    Il est comme le vent,
    et jamais ne s’arrète
    au cours du chemin…
    Il est comme un sentier
    tracé, le parchemin
    inné au cœur, la voix
    et la passion de l’âme
    qui acclament
    l’amour d’un métier,
    la détermination
    malgré les embûches
    où il laisse sa marque…
    Il montre la voie,
    il prêche par l’exemple,
    par la droiture
    et la rupture
    avec la tradition,
    il fait de son don
    le sacrifice du don
    et de son domaine.
    un phénomène
    une entité unique…
    Quand on le loue,
    il se démarque
    de la bétise
    de la politique
    de l’autruche
    et vise
    l’excellence…
    Il reste toujours égal
    à lui même, un régal,
    le bon goût, l’élégance
    un temple
    qui se partage
    à travers les âges…

    A Bob Lemoine…..

Répondre à GUY CAYEMITE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kenny Britt Jersey